Accueil

VOUS êtes MAMAN d’un(e) pré-adolescent(e) ou d’un(e) adolescent(e) qui rencontre des difficultés scolaires.

Vous vous sentez démunie, découragée face à la situation. Vous êtes inquiète pour sa scolarité et son avenir… Vous en avez marre de le (la) houspiller pour étudier, les moments d’études tournent en cauchemar.

Vous avez à cœur que votre enfant réussisse à l’école afin de s’assurer un bel avenir, un métier dans lequel il s’épanouit. Lui ne semble pas mesurer l’importance de sa réussite et à d’autres priorités. Les moments d’étude se transforme en conflit. N’écoutant que votre amour et votre courage, tour à tour vous avez endossé différents rôles :

coach sportif : concentre-toi, applique bien ta méthodologie, souligne, fais tes résumés, étudie, tu vas y arriver ! je vais te faire répéter, dernière ligne droite. Tous ENSEMBLE !!

La supportrice : vas-y mon chéri, ma chérie tu es le (la) meilleur(e), tu peux le faire … C H E R I (E)…

L’amie compréhensive : c’est normal, l’école c’est facile, les profs ne sont pas toujours top ! Même s’il ne t’aime pas, montre-lui que tu peux faire mieux et ça va lui clouer le bec !

Le professeur particulier : ayant demandé conseil à vos amis professeurs, ayant lu 25 bouquins sur la question vous vous lancez dans une nouvelle carrière.

Maman pète un plomb : maintenant c’est terminé, j’en ai marre, plus de jeux pendant 1 mois, fini le gsm, la playstation, le wifi !!

le chantage affectif : je ne comprends pas, je fais tout pour toi, et toi tu me fais cela ! Je suis une bonne maman pourtant, pourquoi me fais-tu autant de mal ? je ne peux quand même pas étudier à ta place !

Vous connaissez toute la palette des émotions :  la colère, la tristesse, la peur. Toutes ces émotions s’emmêlent dans vos pensées car vous ne savez plus par quel bout prendre le problème, ni à quel saint vous vouer.

Votre incompréhension grandit : Il ne fait plus rien ou le strict minimum. Sa seule motivation, les jeux vidéo et les séries. Une vie d’étudiant ? Un champion du monde du statut quo, professionnel absolu en non-mouvement ! La notion de progression ? conçue uniquement pour sa console qui le passionne bien plus que ses études. En famille, vous REDOUTEZ la question« alors cela se passe bien à l’école ?

Vous avez TOUT essayé : les cours particuliers, des stages d’immersion, des cours de remédiation dans et hors de l’école, il ne reste que le sorcier vaudou !

Même vous remettre en question !  qu’est-ce que j’ai fait ou pas fait pour en arriver là, qu’est-ce que j’aurais dû faire ? plus sévère, plus compréhensive ?

====> RIEN NE MARCHE !!!

et si je vous dis que j’ai la solution !!

50% des pré-ado et adolescent(e)s fonctionnent de cette manière, vous n’êtes pas la seule dans le cas.

Selon Bruno HUMBEECK : psychopédagogue, chercheur en pédagogie familiale et scolaire. Vous ne pouvez pas aider votre enfant à cause du lien qui vous unit, de toutes vos émotions face à ses difficultés, de votre peur pour son avenir.

«  Les parents sont généralement de piètres enseignants avec leurs propres enfants parce qu’ils se laissent submerger par leurs émotions chaque fois que ceux-ci ne parviennent pas à les rassurer dans leur aptitude à apprendre vite et comprendre en ligne droite .. ».

HUMBEECK Bruno

Tirer du livre : Aider son enfant à bien vivre l’école: Phobie scolaire, maux d’école, difficultés d’apprentissage : comment réagir ? (PARENTING). Paru aux éditions Leduc.s; Édition : 1 (28 août 2018)

Votre rôle à vous …

c’est d’aimer votre enfant, passer de bons moments ensemble

C’est de vous montrer disponible, sans se montrer envahissant et de laisser la partie difficulté à une tierce personne

et cette tierce personne, c’est moi !

En tant que coach scolaire et thérapeute en relation d’aide

Mon rôle est de vous permettre de profiter de votre rôle de maman sereinement.

FINI la boule au ventre, les cris, les moments d’étude stressants. 

Grâce à MA méthodologie, je veille à instaurer un climat d’apprentissage positif, une autonomisation et responsabilisation de votre enfant par des feedback réalistes et bienveillants, un respect de son rythme d’apprentissage et des objectifs clairement définis.